Edito
  • Bienvenue dans les 15/16 !

    Vous allez découvrir un territoire vivant, convivial, attachant, et des habitants chaleureux, solidaires et humains. Vous apprécierez ses noyaux villageois offrant des vues imprenables sur la mer, ses commerces, son patrimoine, ses plages, ses collines préservées… Des atouts méconnus et un potentiel à optimiser.
     
    Les 15/16, c’est un territoire d’avenir qui avance, se dynamise et grandit, [...]

Agenda
iCalendar
avril 2017
L Ma Me J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Dossier

Soumis par Marseille 15-16

Le PIC s’ouvre à l’Estaque

 

1c59640128Ce n’est ni à l’Estaque Gare, ni à l’Estaque Plage mais à l’Estaque Riaux que l’ancien cinéma « le Rio » fait peau neuve et devient le « PIC » – Pôle Instrumental Contemporain, nom donné par l’ensemble Télémaque au lieu dédié à la musique en création.

L’ensemble Télémaque se consacre depuis 1984 à la création et à la diffusion des oeuvres de notre temps, en croisant la musique avec les autres arts de la scène, danse , cirque, théâtre … Télémaque s’inscrit  dans une dynamique d’ouverture vers un public élargi et développe depuis de nombreuses années des actions de sensibilisation à la musique contemporaine auprès de publics variés.

À la fois lieu de création, répétition et de rassemblement de l’équipe artistique et administrative de l’ensemble Télémaque, le PIC se veut d’abord un laboratoire de création musicale et instrumentale, ouvert au public et plus particulièrement au jeune public, aux scolaires et aux structures sociales du quartier.

Ainsi, en se déployant largement sur le quartier, en collaborant avec les acteurs socioculturels locaux, le PIC deviendra un moteur de développement culturel durable ouvert sur le quartier de l’Estaque, sur l’Europe et le monde…

Dans le cadre des Ateliers de l’Euroméditerranée, Télémaque avait co-produit avec Marseille-Provence 2013, une oeuvre de la compositrice italienne Alice Berni, réalisée lors de sa résidence dans la caserne des Marins Pompiers de Saumaty en novembre 2011.

(Lire aussi : Ateliers de l’Euroméditerranée : la caserne des Marins-Pompiers de Saumaty accueille une artiste en résidence)

 

Le PIC a été inauguré le jeudi 24 Octobre.

Téléchargez la Plaquette de présentation du PIC

Plus d’infos sur :
ensemble-telemaque.com

Pôle Instrumental Contemporain
36, montée Antoine Castejon
13016 Marseille

Renseignements : 04 91 39 29 13

 

Soumis par Marseille 15-16

Du 12 au 15 septembre, les Journées européennes du patrimoine seront l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les trésors de nos quartiers à l’occasion de balades urbaines ou d’ouverture de lieux insolites. Faites votre programme !

 

 L'estaque, la gare  photo Y. Biglio

 

 

Victimes de la crise et délaissés jusqu’alors, les quartiers nord souffrent d’une mauvaise image qui leur collent à la peau. Mais nous ne sommes pas sans savoir que nos arrondissements offrent également un cadre de vie dont nous pouvons être fiers. Notre patrimoine urbain est d’une richesse exceptionnelle : église Saint-Louis, cascade des Aygalades, gare de l’Estaque, Fondation Monticelli, tuilerie Martin frères, Savonnerie du Midi : autant de lieux remarquables qu’il sera possible de visiter et admirer lors des Journées du patrimoine du 12 au 15 septembre. Un patrimoine riche et varié à découvrir du 12 au 15 septembre « À la suite de notre élection en mars 2008, j’ai effectué un diagnostic de territoire. Très vite il est apparu que la question patrimoniale était un enjeu fondamental pour notre secteur, explique Pascale Reynier, adjointe déléguée à la culture et cheville ouvrière de cet évènement. Durant ces trois jours, les Marseillais découvrent qu’au sein de ce bassin d’habitations de 100 000 âmes, se trouvent des lieux naturels méconnus, protégés et parfois splendides. Ils découvrent aussi le dynamisme économique – Savonnerie du Midi, Arnavaux – et culturel – Cité des arts de la rue. Et, surtout, la plus grande richesse de ce territoire, c’est-à-dire ses habitants. » Le patrimoine, une richesse qui nous est commune Cette politique culturelle est reconnue sur le plan national puisqu’elle a valu à Samia Ghali de recevoir cette année, des mains de Jean-Louis Debré, la Marianne d’or (cf. encadré). De plus, la mairie du 8e secteur a été la première en France à signer la Convention de Faro créée par le conseil de l’Europe en octobre 2005 pour « reconnaître que le droit au patrimoine culturel est inhérent au droit de participer à la vie culturelle, tel que défini dans la Déclaration universelle des droits de l’homme ». C’est dans ce cadre que Pascal Reynier a été missionnée pour organiser en septembre, à Marseille, une partie des débats de La Rencontre du Faro sur le droit au patrimoine.

 

Chaque année, les Journées européennes du patrimoine sont une occasion unique de découvrir les lieux cachés, ignorés et souvent chargés d’histoire, nichés à côté de chez vous. Ne manquez pas le rendez-vous du 12 au 15 septembre.

 

 

 

CascadePromenades dans les quartiers, découverte de la cascade des Aygalades, de l’église Saint-Louis, de la gare de l’Estaque, visite de la fondation Monticelli ou des fleurons du patrimoine industriel, Habitants, associations et entrepreneurs sont mobilisés pour vous faire découvrir nos quartiers autrement.

 

 

 

 

 

 

 

 

La politique de la mairie de secteur en matière de patrimoine a été récompensée au niveau national par une Marianne d’Or remise à Samia Ghali par Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel.

 

 

 

Tout le patrimoine des 15/16

 

EgliseStlouis

Cette année encore, fortes du succès des précédentes éditions, les Journées européennes du patrimoine sont inscrites sous le signe de la balade. Du 12 au 15 septembre, chacun (re)découvrira petits et grands trésors de nos arrondissements grâce à un programme extrêmement riche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

prieuré

On pourra traverser l’histoire de la réparation navale marseillaise en arpentant le sentier autonome du littoral, ou bien revisiter celle de l’immigration en compagnie de la coopérative Hôtel du Nord.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fondation M. Inaug1

Il sera possible d’arpenter les ateliers de la célèbre Savonnerie du Midi comme ceux de la tuilerie Martin frères, ou « découvrir la psychiatrie » en déambulant dans les couloirs de l’hôpital Edouard Toulouse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les journées du patrimoine, c’est aussi le 5e salon du livre qui aura lieu le 13 septembre place de l’église Saint-André, et qui rassemblera une trentaine d’auteurs locaux et régionaux qui ont écrit sur Marseille et ses quartiers, notamment ceux du nord trop souvent oubliés. Programme complet sur : www.mairie15-16.fr/journees-europeennes-du-patrimoine

 

 

Le patrimoine des 15/16 : comment ils le mettent en avant.

 

Pascale ReynierPascale Reynier, adjointe à la culture de la mairie des 15/16 et présidente de la commission patrimoine « La création de cette Commission a permis d’organiser toutes les énergies disséminées sur notre territoire. Les Journées européennes du patrimoine sont le temps fort de notre travail annuel. Il faut savoir qu’en 2012, ce sont 6 000 personnes qui ont participé à ces Journées dans les 15 e et 16 e arrondissements de Marseille. Lorsque l’on connaît l’histoire des quartiers Nord, la mauvaise réputation qui colle à ses habitants, cela tient du prodige. »

 

 

 

 

 

Martinez

Christiane Martinez reçoit des “hôtes” à la cité La Visitation

« Depuis trois ans, je propose une chambre dans mon appartement de la cité La Visitation, aux Aygalades, dans le cadre de la coopérative Hôtel du Nord.Je reçois des touristes ou des gens de passage pour raisons professionnelles,mais aussi des Marseillais curieux. Je fais ça pour faire découvrir ma cité aux gens de l’extérieur, et montrer que, dans les quartiers Nord, tout n’est pas noir. Ceux qui viennent sont ravis de découvrir le vrai Marseille ! »

 

 

 

 

 

 

Marianne d'orSamia Ghali et la Marianne d’or

 Valorisation de la culture urbaine, classement de la gare de l’Estaque, soutien à la Savonnerie du Midi… Reconnaissant la qualité de la politique culturelle menée par la mairie des 15/16, Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, a remis la Marianne d’or de la démocratie locale à la sénatrice-maire Samia Ghali le 12 juin dernier. Créé en 1984, ce trophée honore les communes qui méritent que leurs initiatives, actions, politiques soient connues et reconnues, et deviennent une référence au niveau national.

 

 

 

Gilbert Latour, directeur de la Savonnerie du MidiLatour

« Le 14 septembre, la Savonnerie du Midi ouvre ses portes au public pour tout savoir sur le savon. Une ligne de fabrication produira les vrais cubes de Marseille à l’huile d’olive et une autre des savons de toilette aux différents parfums. On pourra aussi assister à une démonstration de fabrication artisanale. »

 

 

 

 

 

 

 

Mr Marletti3Gérard Marletti, président du CIQ des Aygalades

« L’association des Amis des Aygalades, dont je suis un des cofondateurs, travaille à révéler les perles du quartier : Nous avons remis en valeur le ruisseau, et notamment ses deux cascades. Et nous faisons aussi visiter la grotte située dans l’église des Aygalades, redécouverte en 2003. »

 

 

 

 

 

Odile Richard, association Action environnementOdile Richard

« Grâce à l’association Action environnement Estaque, avec le concours du service patrimoine de la DRAC et le soutien de la mairie de secteur, la gare de l’Estaque a été inscrite en 2012 aux monuments historiques. Le bâtiment principal date de 1851, et les annexes de la période Art déco. C’est ce mélange qui fait de la gare de l’Estaque un lieu si particulier. »

 

Soumis par Marseille 15-16

Cette année, la période estivale s’annonce riche en activités. au programme concocté par la mairie des 15/16 pour tous les publics, s’ajoute celui de Marseille provence 2013. A vous de jouer, il y en aura pour tous les goûts !

 

 

Le groupe Gold en concert !  

2009-gold2Le samedi 19 juillet, à 20 h, le toujours mythique

groupe Gold jouera place Raphaël, à Saint-Henri.

Du  8 juillet au 31 août, des animations sportives, des ateliers créatifs et des cours d’aquagym seront organisés sur la plage de corbières.

 

Du 6 au 19 juillet, le pôle des arts visuels de la maison des associations de l’Estaque proposera des  « chemins de traverse », exposition de peintures, collages et vidéos du plasticien Jean-François Marc.

 

 

 

Concerts, festivals, activités en tous genres : l’été sera bien rempli !

foule concert

Ajoutez à cela des concerts avec des places à 1 euro comme pour le festival de Marseille, des projections de films en plein-air, des concours de pétanque, des activités aux centres aérés pour les minots ainsi que toutes les fêtes de quartiers, et l’été sera bien rempli dans les 15e et 16e arrondissements !

 

Selon Nadia Boulainsseur, adjointe à l’animation, « la mairie agit afin que ceux qui ne peuvent partir en vacances, bénéficient d’animations de qualité sur le secteur. De qualité, cela signifie tout simplement qu’ils puissent trouver ici ce qui se fait ailleurs ! Nous travaillons pour faciliter l’accès à la culture qui, c’est une réalité, est plus difficile dans les quartiers. »

 

 

 

Faciliter l’accès au sport et faire découvrir de nouvelles disciplines

1er mai 2013 au Parc Billoux à Marseille.

L’adjoint à la jeunesse, au sport et à la  vie associative, Rachid Tighilt, complète : « Notre objectif est de favoriser l’accès au sport pour les plus démunis, tout en essayant de faire découvrir de nouvelles disciplines, telles que le handball, le basket, l’es-crime, le tir à l’arc.»

 

Josette, du bureau info15/16, affirme recevoir moult demandes pour

l’été : « Beaucoup de parents recherchent des activités pour leurs enfants, et nous les orientons vers les centres aérés. Quant aux adultes, ils souhaitent souvent participer à des ateliers peinture, informatique, ou faire des randonnées. Nous pouvons leur proposer tout cela.»

 

 

 

 

 

Retrouvez le programme complet de l’été et la liste des MMA sur www.mairie15-16.fr ou en vous  adressant au Bureau Info 15/16 : 04 91 14 61 16 ou  04 91 14 61 22 – mairie-info15-16@mairie-marseille.fr

 

 

Soumis par Marseille 15-16

Printemps de métiers 2013

Au nouveau Printemps des métiers, les jeunes peuvent s’informer sur les formations professionnelles proposées dans nos arrondissements : mode, restauration, audiovisuel, mécanique auto-beateau, électricité, maçonnerie, etc. L’édition 2013 du salon s’est tenue du 15 au 16 mars 2013 au centre commercial Grand Littoral.

 

Travail avec les entreprises, aide à l’insertion professionnelle des jeunes dans les quartiers, recherche de financements pour les établissements professionnels des 15/16 : la mairie agit pour l’emploi dans nos quartiers.

 

La mairie des 15/16 s’engage concrètement pour dyna­miser l’emploi dans nos quartiers, et ce sur plusieurs plans. Auprès des entre­prises, tout d’abord, puisque « l’un des premiers dossiers que madame la maire a défendu au Sénat, c’est la possibilité pour les entreprises ins­tallées en zone franche de conser­ver leurs avantages fiscaux », avance Josette Furace, adjointe au dévelop­pement économique, à l’emploi et au commerce de proximité.

 

Aider les jeunes des quartiers à trouver un premier emploi
Ensuite, la mairie s’adresse direc­tement aux jeunes sans emploi en travaillant avec l’Association pour l’emploi dans les quartiers (APEQ). Celle-ci s’évertue à faciliter l’inser­tion professionnelle des jeunes des quartiers en proposant des accom­pagnements et en organisant régu­lièrement des petits déjeuners lors desquels les personnes à la recherche d’un emploi et les entreprises par­tenaires – SNCF, France Telecom ou BNP Paribas – peuvent se ren­contrer. « C’est un premier pied à l’étrier, mais il arrive aussi que cela débouche sur des embauches », affirme Philippe Langevin, le pré­sident de l’APEQ. Enfin, la mairie a concrétisé le lien entre pourvoyeurs d’emplois et jeunes en signant, le 11 janvier dernier, une charte sur la taxe d’apprentissage avec l’associa­tion Cap au nord entreprendre.

 

Josette FuracePour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes, la mairie des 15/16 travaille avec l’Association pour l’emploi dans les quartiers. Josette Furace, adjointe à la mairie des 15/16, échange avec un enseignant du lycée de l’Estaque.

 

Verser la taxe d’apprentissage localement
Il s’agit de sensibiliser et inciter les entreprises installées en zone franche à reverser leur taxe d’apprentissage aux lycées profession­nels, collèges et centres de forma­tion situés dans nos arrondissements. En effet, ce n’est pas toujours le cas puisque cette manne peut être versée à un organisme collecteur. Ces fonds sont de première importance car ils per­mettent de financer matériel pédago­gique et activités péri-éducatives pour nos jeunes, et ainsi de leur assurer une meilleure formation pour qu’ils aient toutes les chances de décrocher un emploi une fois leur cursus terminé.

 

Signature taxe d'apprentissage

La mairie des 15/16 a signé une charte de partenariat avec Cap au nord entreprendre pour encourager les entreprises du secteur à verser leur taxe professionnelle localement.

 


La transformation des 15/16 passera par le développement économique et la création d’emplois. La mairie des 15/16, qui n’exerce pas cette compétence, pèse de tout son poids pour impulser et soutenir des initiatives qui permettent d’agir dans le bon sens
.

 

 

 

Les établissements professionnels et technologiques des 15/16

 

DSC_4567Au lycée de La Viste, on peut passer un bac Commerce ou Soins et services de la per­sonne, ou encore un CAP Agent polyvalent de restauration. Celui de la Calade enseigne Gestion et administration, ainsi que les Métiers de la mode, les Techniques de l’habillage et les Relations clients et usagers. Quant au lycée professionnel de la Cabucelle, il propose les Métiers de l’en­seigne et de la signalétique, ainsi que les Métiers du bois. Mais pour qui veut appré­hender Transport, Logistique et Mécanique, c’est au lycée professionnel de Saint-André. Celui-ci est lié au lycée de Saint-Henri où les élèves sont formés à l’Électricité, l’Électro­nique ou au Bâtiment. Pour finir, le lycée de l’Estaque forme des Agents de sécurité, des spécialistes de la Réparation des embar­cations de plaisance, de l’Électrotechnique et de l’énergie, des Sciences et techniques de l’industrie, ainsi que de la Maintenance nautique.

 

2

 

L’offre en formation professionnelle est particulièrement riche dans les 15e et 16e arrondissements.

 

 

 

La charte sur la taxe d’apprentissage : ce qu’ils en attendent.

 

François RaniseFrançois Ranise, président de l’association Cap au nord entreprendre.

« Je n’espère pas de répercussion directe sur l’emploi suite à la signature de la charte sur la taxe d’apprentissage. Par contre, cela aura des conséquences sur l’employabilité. Ainsi, les centres de formations seront capables de proposer des personnes employables, dont le diplôme est adapté à la demande des entreprises locales. Si la conjoncture économique s’améliore, nous aurons les moyens humains de faire face à toutes les demandes des entreprises. »

 

 

Paul LangevinPhilippe Langevin, président de l’Association pour l’emploi dans les quartiers

Philippe Langevin était présent le 15 mars dernier lors de l’inauguration du Printemps des métiers au centre commercial Grand littoral, un événement qui a pour objectif de « permettre aux jeunes, collégiens et lycéens, une première rencontre avec des métiers dans l’objectif d’une meilleure orientation ». Pour le président de l’Association pour l’emploi dans les quartiers (APEQ), cette démarche va de pair avec la charte sur la taxe d’apprentissage : « Il s’agit de reconstruire l’économie par le bas, par le territoire. »

 

Philippe AmetPhilippe Amet, directeur des lycées de Saint-André et Saint-Henri.

« La taxe d’apprentissage est importante puisqu’elle finance notre matériel pédagogique. Elle permet aussi de limiter les frais de scolarité, ce qui est un avantage certain pour les jeunes de nos arrondissements en formation. »

 

 

 

 

 

 

Geoffroy de PerettiGeffroy de Peretti, chef d’entreprise.

Pour Geffroy de Peretti, cofondateur de la société Etic Groupe, « l’initiative sur la taxe d’apprentissage va dans le bon sens, mais nous devons nous battre pour la récupération de tous les autres impôts. Halte à la captation des moyens par les grandes entreprises parisiennes au détriment de notre économie régionale ! »

 

 

 

ManonManon, Elève au lycée de la Calade.

Manon suit la formation conduisant au Diplôme de technicien des métiers du spectacle au lycée de La Calade. Si, comme nombre d’élèves, elle ne connaît pas l’existence de la taxe d’apprentissage, elle constate que « tous les matériaux et outils nécessaires à sa formation sont fournis par son établissement. »

Soumis par Marseille 15-16

La future ligne 26 du BHNS sera reliée au métro

 

La nouvelle station de métro de Capitaine Gèze prolonge la ligne 2 de 900 m au Nord. Une gare de bus et un parking relai complèteront cette réalisation (mise en service 2015).

 Station de métro Capitaine Gèze

 

Le dossier des transports avance dans les 15-16 avec des échéances différentes.

 

Le BHNS est lancé, la navette maritime aussi. La station de métro Capitaine Gèze est annoncée pour 2015. Le tramway est à l’étude dans le cadre du projet Euromed 2.

 

Cette fois, c’est fait : les travaux de transformation de l’actuelle ligne de bus 26 en BHNS (Bus à haut niveau de service) vont débuter pour une mise en circulation début 2014. Cette ligne, empruntée chaque année par 2,5 millions de voyageurs, traverse nos quartiers entre Bougainville et Vallon des Tuves. La requalification en BHNS concerne le trajet entre Vallon des Tuves et Capitaine Gèze. “Mix” entre bus et tramway, le BHNS offre un confort bien supérieur à celui du bus, permet de transporter 120 personnes à la fois, et son trajet, en site propre, garantit l’optimisation du temps de parcours et des fréquences de passage plus élevées (5 à 8 mn en heures de pointe). Sa mise en place permet le réaménagement des quartiers traversés : aménagement du site de circulation, élargissement des trottoirs, plantation d’arbres et création de parking.

 

Une nouvelle station de métro

Une nouvelle station de métro va être construite sur le rond-point Capitaine Gèze, prolongeant ainsi la ligne n°2 de près de 900 m vers le Nord du terminus actuel (Bougainville). Plus qu’une station, c’est un véritable pôle multimodal qui prendra vie avec son parking relai de 625 places réparties sur trois niveaux et une gare de bus (2 lignes de BHNS, 6 lignes de bus urbains et 2 lignes de cars). Les travaux du métro se dérouleront dans le même temps que ceux du BHNS pour une livraison en 2015. A terme, la ligne n°2 du métro pourrait être encore prolongée au Nord. Ce projet est soumis à enquête publique à la mairie de secteur jusqu’au 8 mars 2013. Dans le même esprit, une démarche de concertation avait été menée par la mairie des 15-16 avec les habitants, les CIQ et les commerçants pour le projet de BHNS. Autre mode de transport attendu : une navette maritime entre le Vieux-Port et l’Estaque va être mise en place en avril. Une réunion publique s’est tenue le 20 février sur ce sujet. Enfin, des études ont été lancées pour un projet de tramway chemin de la Madrague Ville dans le cadre du projet Euromed 2.

 

 

Une navette maritime entre le VIeux-Port et l'Estaque va être testée dès avril 2013.

Une navette maritime entre le VIeux-Port et l’Estaque va être testée dès avril 2013.

 

 

Une piste pour obtenir la réduction des nuisances sonores liées aux avions à l’Estaque

 

L’ensemble des élus locaux et les membres du CIQ des Hauts de l’Estaque se sont mobilisés pour obtenir une diminution des nuisances liées au passage des avions au-dessus de l’Estaque. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC ) propose une alternative qui pourrait entrer en vigueur avant l’été si elle est validée par l’ensemble des compagnies aériennes. Un nouveau couloir aérien pourrait être utilisé par les avions dans des conditions bien précises. De jour, en cas de bonne visibilité et de vent régulier, les pilotes devraient emprunter ce couloir par “une approche à vue imposée”. Cette disposition permettrait de diminue considérablement les nuisances sonores. A suivre…

 

 

 

L’évolution des transports collectifs dans les 15-16

Entretien avec Marie-Blanche Apercé, présidente du CIQ des Hauts de l’Estaque.

 

Marie-Blanche AperçéLa navette de bus 95 répond- elle aux besoins des riverains ?

Oui, avant la mise en place de cette navette, nous étions dans une “enclave” et les habitants les plus âgés ne pouvaient pas se déplacer à leur convenance. Il fallait environ 45 mn aux personnes âgées pour monter la côte. Mais cette navette sert également au transport scolaire, ce qui est très pratique. La mairie de secteur a vraiment répondu aux attentes et aux besoins des riverains.

 

Comment jugez-vous les transports en commun dans les 15-16 ?

Je suis davantage concernée par l’Estaque, par la force des choses. Mais je pense que la politique de la mairie de secteur en matière de transport est bien menée pour que les habitants de nos quartiers ne soient pas enclavés. J’estime que tous les moyens de transport qui peuvent desservir les quartiers Nord sont utiles.

 

Pensez-vous que la navette maritime apportera un “plus” aux usagers des transports en commun ?

Il y a longtemps que les habitants de l’Estaque attendent cette navette. Je ne sais pas si elle sera adaptée aux usages des gens qui travaillent, du fait des horaires et des retards inhérents à ce type de moyen de transport. Mais une chose est certaine, elle permettra aux touristes et aux habitants de l’Estaque de rejoindre le Vieux-Port en moins de trente minutes, sans embouteillage. Le seul point qui pourrait poser un problème, est le nombre insuffisant de place de parking.

Soumis par Marseille 15-16

Samia Ghali et Christiane Taubira

Le 21 septembre dernier, Samia Ghali a reçu Christiane Taubira, ministre de la Justice, en présence de Michel Vauzelle, président de la Région PACA, de Jean-Marc Coppola, vice-président de la Région PACA et conseiller municipal. 

 

Désormais classés « Zone de sécurité prioritaire », les 15e et 16e vont bénéficier de moyens supplémentaires pour lutter contre l’insécurité. La mairie de secteur salue cette initiative mais reste vigilante.

 

A l’occasion de sa venue à Marseille le 12 octobre dernier, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, a annoncé une nouvelle organisation des services de police sur notre secteur. Nos arrondissements sont désormais placés en « Zone de sécurité prioritaire » (ZSP) avec des moyens renforcés et réorganisés. Des effectifs supplémentaires de police ont été affectés au secteur, de nouveaux magistrats ont été nommés et un plan de vidéo-protection va être mis en place. « C’est une première réponse qui va dans le bon sens » a déclaré Samia Ghali, sénatrice-maire, à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, et à Christiane Taubira, ministre de la Justice, lors de leurs venues à Marseille.

 

Apporter une réponse globale

 

Mais elle a aussitôt prévenu : « nous resterons vigilants. La sécurité est un droit fondamental. Quel que soit l’endroit où l‘on habite, quel que soit son âge ou sa situation sociale, chacun doit pouvoir vivre en sécurité. S’il faut encore des moyens supplémentaires, nous n’hésiterons pas à les réclamer haut et fort ». Samia Ghali a également rappelé la nécessité et l’importance d’apporter une réponse globale : « Si l’on veut que les choses s’améliorent durablement, il faut aussi se pencher en profondeur sur le système éducatif pour empêcher l’échec scolaire, stopper la spirale de la ghettoïsation de certaines cités et faire en sorte de redonner de l’espoir en l’avenir ».

 

Samia Ghali et Manuel Valls

Les premières mesures pour lutter contre l’insécurité

- Nomination d’un préfet de police de Marseille
- Classement des quartiers nord de Marseille en

« Zone de sécurité prioritaire »
- Augmentation des effectifs de police et de gendarmerie
- Renforcement de la vidéo-protection
- Augmentation du nombre de magistrats
- Renforcement des effectifs pénitentiaires

 

 

 

Manuel Valls, ministre de l’Intérieur,

à Marseille, le 21 mai 2012

Soumis par Marseille 15-16

Jean-Paul BonnetainJean-Paul Bonnetain, préfet de Police des Bouches-du-Rhône.

« Les renforts sont parfaitement opérationnels. S’ils constituent une bouffée d’oxygène, ces moyens humains supplémentaires ne peuvent suffire à eux seuls à faire reculer la délinquance dans la ville. La mise en place d’une Zone de sécurité prioritaire correspond à une méthode de travail qui, au-delà de la question centrale de la lutte contre la criminalité et les trafics de stupéfiants, recouvre de nombreuses problématiques nécessitant l’action coordonnée de l’ensemble des partenaires : enlèvement des épaves, gestion des déchets et encombrants, développement de la vidéo protection, prévention de la délinquance et éducation à la citoyenneté, etc. ».

 

 

Karim Touche

Karim Touche, directeur du centre social Saint-Joseph.

« La présence de la police est indispensable mais il faut aussi pouvoir offrir des perspectives d’avenir aux jeunes des quartiers, valoriser la formation professionnelle, les métiers manuels et surtout traiter les grandes questions sociales qui les touchent directement comme l’emploi, l’éducation et le logement. Dans certains de nos quartiers, le taux de chômage est de 70 % chez les jeunes. L’Etat doit mettre en place des dispositifs pour ceux qui décrochent du système scolaire. Je crois que ce serait déjà un bon début de solution pour régler les problèmes ».

Soumis par Marseille 15-16

Définir ensemble les projets qui engagent l’avenir de notre secteur est le parti-pris choisi par la mairie des 15e et 16e. Retour sur trois projets emblématiques.

 

 Réunion Euroméditerranée

Quel visage pour le 15e et le 16e demain ? Parce que cette question nous concerne tous, la mairie de secteur vous associe aux projets pour nos quartiers. La révision du Plan local d’urbanisme (PLU) de la ville illustre bien ces choix participatifs. La mairie de secteur a organisé du 30 mars au 18 avril 2012 quatre réunions publiques dans des quartiers, qui ont rassemblé près de 400 personnes.

 

 

 

Pour définir l’avenir des 15e et 16e arrondissements, la mairie de secteur associe les habitants aux discussions comme dans cette réunion consacrée à Euromed 2, en présence de Samia Ghali, de Guy Tessier, président d’Euromed, député-maire des 9-10 et de Laure-Agnès Caradec, adjointe au maire de Marseille.

 

 

Défendre nos intérêts dans le cadre du projet de PLU

Dans le même temps, elle a multiplié les échanges avec les riverains, les Comités d’intérêt de quartier (CIQ), les associations, les amicales de locataires. Une liste des attentes et des besoins exprimés par les habitants a été rédigée puis remise par Samia Ghali au maire de Marseille et au président de la Communauté urbaine. Nous devons continuer à défendre nos points de vue pour qu’ils soient intégrés dans le document final qui sera présenté au vote de la Communauté urbaine courant 2013. Nous voulons que le PLU intègre quatre points.

 

Nos priorités pour le PLU

Habitat. Nous refusons l’urbanisation effrénée. Nous demandons que la construction de logements, qui correspond à un besoin réel de la population, se fasse dans le respect de l’environnement et de notre cadre de vie.Nous voulons, par ailleurs, conserver du foncier pour la construction des futurs équipements publics.

Transports. Nous avons obtenu des avancées avec l’arrivée du métro Capitaine Gèze, la poursuite du tram de Bougainville au lycée nord, la création d’une ligne de Bus à haut niveau de service (BHNS). Mais nous pensons qu’il est essentiel d’aller plus loin en ré-ouvrant nos gares et en créant des parkings relais.

Développement économique. Nous demandons un développement harmonieux, réparti sur tout le territoire et pas simplement concentré sur le périmètre d’Euromed 2. Par contre, nous sommes fermement opposés à l’installation des containers dans le massif de la Nerthe et à l’ouverture de nouvelles carrières aux Borels et dans le massif de l’Etoile.

Développement portuaire. Nous demandons à ce que le développement du Port de Marseille respecte l’accès à la mer pour tous et que le projet intègre l’agrandissement des plages de Corbières.

 

Le PLU, c’est quoi ?

Le plan local d’urbanisme est le document qui fixe les grandes orientations de la ville de Marseille pour les 15 à 20 prochaines années en matière d’habitat, d’environnement, de transports et d’économie. C’est donc un document extrêmement important qui conditionne l’avenir de notre secteur et de ses habitants. Il sera voté par la Communauté urbaine Marseille métropole en 2013.

 

 

Se faire entendre dans le cadre d’Euromed 2

L’opération Euromed 2 va permettre la réhabilitation et la requalification urbaine à l’horizon 2030 d’un périmètre qui va de Salengro à Capitaine Gèze pour redonner vie à un secteur trop longtemps oublié et délaissé. Là encore, la mairie de secteur a organisé une large concertation pour que cette opération se fasse avec les habitants et pour qu’ils en soient les premiers bénéficiaires, notamment en matière d’emploi. Deux réunions publiques, le 9 mars 2012 au marché aux puces et le 30 octobre 2012 à l’Alhambra, ont permis à 350 personnes déjà de s’exprimer. Le projet Euromed 2 est une chance pour nos arrondissements. Mais nous devons nous en saisir et rester vigilants pendant toute la réalisation du projet.

 

Le projet Euromed 2

Euroméditerranée est une opération de réhabilitation urbaine lancée en 1995 au centre de la ville dans un périmètre allant de la Joliette à la Belle de mai, en passant par la rue de la République et le quartier Saint-Charles. Sa deuxième phase, baptisée Euromed 2, concerne directement notre secteur. A l’horizon 2030, Euromed 2 prévoit :

- 1500 réhabilitations de logements anciens et des logements neufs ;
- Un pôle d’échanges transports : gare de métro, gare de bus et grand parking relais ;
- 14 hectares d’espaces verts : jardins partagés, jeux d’enfants, équipements de loisirs, réaménagement du ruisseau des Aygalades ;
- des voiries nouvelles et des aménagements urbains : places de stationnement, parkings… ;
- 20 000 emplois liés à des activités économiques nouvelles ;
- le réaménagement d’un marché aux puces ;
- une reconfiguration de la circulation pour que les camions n’empruntent plus le boulevard Oddo.

 

 

BHNS : la ligne 26 modernisée et requalifiée

 

BHNS Marseille

La ligne de bus 26 est bien connue des habitants de notre secteur. A partir de 2014, la ligne sera totalement modernisée avec des bus neufs, plus grands, plus confortables, prioritaires aux carrefours et moins polluants. Les arrêts de bus, les trottoirs, les éclairages seront eux aussi refaits et c’est toute la voie allant de Capitaine Gèze jusqu’au Vallon des Tuves qui va être requalifiée. Un système de vidéo-verbalisation va être installé pour fluidifier la circulation. Depuis des mois, la concertation a eu lieu avec les riverains, les CIQ et les commerçants.

Nous avons écouté chacun. Le projet de départ a été amélioré pour que la question du stationnement soit mieux prise en compte et que les commerces de proximité demeurent très accessibles. Les travaux vont débuter au début de l’année 2013 et la nouvelle ligne 26 entrera en service en 2014 avec le métro qui arrivera jusqu’à Capitaine Gèze.

 

La ligne de bus 26

La ligne 26 est utilisée par 3 millions de passagers : trajets domicile/travail, domicile/école, dessertes du centre -ville et de l’Hôpital nord. Le projet de BHNS prévoit :

- des fréquences élevées (entre 5 et 8 mn en heures de pointe) ;
- le renforcement de la régularité et de la ponctualité ;
- l’extension des plages horaires et l’optimisation des temps de parcours ;
- de l’information en station (temps d’attente, trafic) ;
- des bus pouvant accueillir 120 personnes ;
- des bus plus confortables, climatisés et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Page 1 sur 11